A propos de Patrick Taisne Nguyên

Mon histoire

Patrick Taisne Nguyên partage sa vie entre la France et le Vietnam. Chirurgien-dentiste et écrivain, il est établi à Nogent-le-Rotrou, dans le Perche Celui qui s’est mis à écrire au décès de ses parents, est aujourd’hui suivi par plus de vingt-mille personnes sur les réseaux sociaux. Il est membre du Groupement des Ecrivains Médecins ( GEM ).

Ma vie privée

Que représente pour toi l’écriture ?


Patrick : J’écris chaque jour. Comme Amélie Nothomb, j’ai peur qu’en ne le faisant pas, Petite Voix, la complice qui vit dans ma tête et me souffle les mots, s’envole définitivement. Plus précisément, c’est ce que je fais dire à l’un de mes personnages, dans un prochain roman à paraître.


La question qui précède est : Pourquoi écrit-on ? Tu ne seras pas étonnée, si je te dis que je partage totalement son sentiment :

« Il y a trente ans, je t’aurais répondu : la folie, la mégalomanie et l’enthousiasme. Quinze ans plus tard : l’écriture est une vilaine habitude, presqu’une drogue, donc le manque de ma dose de mots. Aujourd’hui, je t’avoue qu’écrire ne me rendra peut-être même pas heureux, c’est presqu’une torture, seulement je le fais à mon corps défendant parce que c’est devenu ma nature. »

Extrait de l’interview de Joëlle Marchal,
Groupe Lecteurs-auteurs La Passion des mots

Récompensé​ par la fidélité de 24000 personnes sur les réseaux sociaux

« Si vous étiez une couleur : rouge sang
 Si vous étiez un film : A la verticale de l’été (Tran Anh Hung)
Si vous étiez livre : La gueule pleine de dents de Jean Hougron
Si vous étiez un lieu : sans hésitation, la galerie de l’Hôtel Continental à Saigon
Si vous étiez une saison : l’été indien. »​

PTN